vendredi 9 août 2019

Une maison à Perpignan



Une maison à Perpignan
En France Aussi


1892, Monsieur Pierre Bardou, richissime homme d’affaires français décède. Sa fille Jeanne mais surtout son gendre Jules Pams héritent d’une magnifique demeure rue Saint-Sauveur, à Perpignan. C’est le début de l’histoire de l’Hôtel Pams…


Avec quelques jours de retard (haaa les longues fins de semaine d’été où l’on va à la pêche), cet article participe au rendez-vous interblogueurs En France Aussi. Ce rendez-vous mensuel, créé par Sylvie du blogue Le Coin des Voyageurs, invite les blogueurs à faire découvrir chaque premier jour du mois les richesses du patrimoine de la France selon un thème donné. Ce mois-ci, le thème « Beaux châteaux / Belles demeures » a été choisi par Sarah du blogue Soulier Vert.


Rendez-vous au bas de cette page pour savoir comment participer au concours (parce que oui, en plus, il y a un prix à gagner ce mois-ci)!


L’an dernier, je vous amenais déjà à Perpignan ici en vous présentant le Palais des Rois de Majorque, aussi pour le rendez-vous En France Aussi. J’y retourne encore une fois pour vous parler, cette fois, d’une des belles demeures de la ville (et qui constitue un beau coup de cœur touristique avec le Palais, pour moi, dans cette ville), l’Hôtel Pams. C’est la propriétaire du logement que je louais, à quelques pas de là, qui m’avait recommandé la visite. Heureusement, parce que n’en ayant pas vraiment entendu parler jusqu’alors, j’aurais probablement raté la beauté de l’immeuble.




Un peu d’Histoire

Comme dit en introduction, c’est d’abord Pierre Bardou, détenteur d’une fortune familiale obtenue grâce à une entreprise de fabrication de papier à cigarettes, qui se porta acquéreur de la maison en 1852. Au cours des années qui suivirent, il achète aussi les maisons voisines et y installent ses ateliers. À sa mort, quarante ans plus tard, sa fille Jeanne et son influent époux Jules Pams (conseiller municipal, député, sénateur ministre et presque président de la République) reprennent la demeure qu’ils habitaient déjà pour lui imposer d’importantes transformations.

Pams, amateur d’art, a le goût du faste et du beau et son mode de vie bourgeois sera mis à l’honneur dans cette demeure. Il s’adjoint l’architecte Léopold Carlier (à qui l’on doit l’aspect actuel de l’édifice) et le peintre Paul Gervais, déjà renommé à l’époque, qui sublimera les différentes salles de la maison.

Son épouse décède en 1916 et il se remarie avec Marguerite Holtzer qui fera restaurer et paver, après son décès en 1930, le magnifique patio intérieur pour finalement revendre la propriété en 1946 à la ville de Perpignan (qui, entre temps, a vu son adresse officielle passer de la rue St-Sauveur à la rue Émile Zola, changement de nom oblige).




Visite de l’hôtel Pams

L’hôtel Pams est un joyau bien caché de Perpignan, une curiosité méconnue de la ville. Il faut avoir franchi l’entrée pour prendre toute la mesure de l’endroit. De l’extérieur, ça semble un immeuble plutôt banal avec façade sur la rue mais lorsqu’on y entre, toute sa beauté se révèle.

D’abord, ce sont les superbes fresques ornant les murs de l’endroit qui nous frappent. Il avait du talent l’artiste Gervais pour habiller un lieu! C’est d’ailleurs le même artiste qui avait eu la tâche d’orner certaines salles du Capitole de Toulouse qui, on s’en souvient, m’avait complètement éblouie! Puis, en faisant quelques pas, on aperçoit l’imposant escalier, tout en marbre rose et fer forgé, magnifié par la lumière provenant de la verrière tout en haut. Déjà, on remarque la prospérité et le raffinement de l’époque que l’ancien propriétaire a voulu nous faire bien ressentir. Et c’est les thèmes de l’amour et de la séduction qui défilent en dessins tout au long de cette visite.




Les dimensions sont impressionnantes. Particulièrement lorsqu’on atteint la cour intérieure. On mesure ici l’ampleur des bâtiments de l’ancienne usine qui s’y trouvait et qui devait avoir très fière allure. D’ailleurs, n’oubliez pas de chercher ce qui reste des mentions « JOB » (du nom de la compagnie de Bardou) sur les balcons ou les fenêtres. La dernière épouse de Monsieur Pams en avait fait disparaître plusieurs mais il en reste encore.




Entrée gratuite mais attention, l’hôtel est fermé en hiver.


Et sinon à Perpignan?

Je tiens à terminer cet article en vous recommandant de toutes mes forces une excellente adresse à Perpignan pour bien terminer votre visite et où j’y ai pris un de mes meilleurs repas à vie (rien de moins)! À distance de marche de l’hôtel Pams, le restaurant Le Figuier Cal Tap, spécialisé dans la cuisine méditerranéenne, est un petit bijou de la ville dans une petite rue calme et peu fréquentée (7 rue du Figuier). C’est aussi la propriétaire de mon logement qui me l’avait suggéré (décidemment, elle avait du goût). Un menu composé, entres autres, de plusieurs tapas, un gaspacho vert divin et un filet de canette cuit à la perfection qui ont réjoui mon palais! En bonus, un personnel vraiment sympathique et une très agréable terrasse.





Ce mois-ci, le collectif En France Aussi en collaboration avec les Éditions Gallimard vous offre la chance de gagner le guide Châteaux de la Loire. Pour ce faire, vous n’avez qu’à commenter cet article ci-dessous et à indiquer dans les commentaires de la page Facebook du rendez-vous ici lequel des articles vous avez commenté. En plus, sur cette même page Facebook, vous pourrez aussi découvrir tous les articles du mois de mes collègues (et ils sont vraiment tous sympas)! Le règlement complet se trouve ici! Bonne chance!



Si vous aimez Perpignan, vous aimerez peut-être aussi Narbonne que je vous faisais visiter par ici ou Carcassonne que vous retrouverez sans doute sur votre route juste là!

Pour lire les articles des copains sur le même thème, petit détour par ici!



VOUS AIMEZ? ÉPINGLEZ-MOI!

4 commentaires:

  1. Sympa, je ne connais pas... et le jardin a l'air bien aussi. Merci, Annabelle !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Et on ne s'attend pas à un tel jardin avant de franchir la porte de derrière!

      Effacer
  2. Franchement cette maison est canon, j'adore <3

    RépondreEffacer