mercredi 4 avril 2018

NOUVELLE-ORLÉANS : ON MANGE QUOI… ET OÙ!



Petit guide pratique et bien personnel


Vous le savez peut-être déjà, la Nouvelle-Orléans  est reconnue comme une des meilleures destinations américaines (et même internationales) en matière de gastronomie. Ce fut même un peu (beaucoup!) pour cette raison que je l’ai choisie cet hiver. Mélangeant des influences américaines, créoles, cajuns, françaises et espagnoles, sa cuisine se découvre à coup de mets parfaitement épicés, de saveurs marines, de viandes surprenantes et de gourmandises sucrées. Pour ce dernier opus qui clôt ma série sur cette ville unique, je vous dresse une liste de tous ces délices qui se sont retrouvés sur mon chemin et les endroits où je les ai dégustés. Et on peut dire que le dicton de la ville est de circonstance pour cet article : « Laissons les bons temps rouler »!




Petit guide de la gastronomie Néo-Orléanaise

Les plats typiques de la ville sont multiples et légendaires! Dans plusieurs établissements, vous pourrez tenter les expériences culinaires suivantes :

Le po’boy : sandwich garni de viandes froides, de bœuf rôti ou de fruits de mer frits servis dans un pain baguette. Le nom vient de la contraction des mots « poor boy » (pauvre garçon). Plat qui s’adressait d’abord à une classe plus pauvre, il est devenu un riche représentant de la tradition louisianaise.

Le jambalaya : spécialité culinaire à base de riz créole épicé auquel on ajoute de la saucisse, des crustacés ou des huîtres. Plat tellement reconnu mondialement que même Hank Williams en a fait une chanson!

Les muffulettas : sandwich typique de la ville créé par ses immigrants italiens et garni de viandes froides italiennes, de fromage et parfois, d’olives. Les plus célèbres sont vendus au Central Grocery (923 Decatur Street), lieu original de leur création mais attention, la demi-portion est souvent suffisante pour 2 personnes.

Le gumbo : ragoût tirant ses racines de la Louisiane française composé habituellement de tomate, de volaille ou de crustacés et servi sur du riz dans un bouillon épicé. J’y avais goûté lors de mon passage à Bâton-Rouge, quelques jours plus tôt (article sur cette ville à suivre bientôt!) et je m’excuse à l’avance, mais je n’ai pas été tout à fait emballée (ça arrive!).

Les beignets : Gourmandise par excellence de la Nouvelle-Orléans! Pâte soufflée et frite sur laquelle on saupoudre du sucre à glacer. Le Café du monde (800 Decatur Street, French Market) est l’endroit reconnu mondialement pour les déguster. La file d’attente étant toujours très (trop!) longue, j’ai une autre adresse ci-dessous à vous proposer.





Mes adresses gourmandes testées et approuvées 
(ou petit complément aux guides de voyage!)

Je vous les livre pêle-mêle, selon les quartiers visités aux quatre coins de la ville. Les prix indiqués pour les restaurants sont approximatifs d’un repas simple (entrée et plat principal) pour une personne sans alcool et en dollars américains. À mentionner : plusieurs cartes proposent des plats végétariens (j’ai même été très surprise d’y voir un aussi grand nombre d’établissements en proposant!).


801 Royal : Mon premier repas à la Nouvelle-Orléans fut dans un petit pub croisé par hasard sur Royal Street, au numéro 801 et j’ai su immédiatement que la gourmande que je suis serait choyée dans cette ville. Portant le nom de son adresse, le 801 Royal, j’ai dégusté du poulet frit digne de mention. Il faut savoir que le poulet frit à la Nouvelle-Orléans est une institution offert dans la plupart des fast-foods mais celui-ci était particulièrement bon et juteux. J’y ai aussi découvert que dans cette ville, les bloody caesars sont excellents et garnis bien différemment de chez-nous! Environ $30

801 Royal Street, Vieux Carré Français





Sucré : Pâtisserie du quartier français également rencontrée au hasard d’une promenade matinale alors que j’avais un petit creux. Ça tombait bien, la vitrine où s’affichaient aux regards les macarons colorés de la boutique m’a tentée instantanément! J’ai opté pour une dégustation de chocolats aux couleurs du carnaval et d’un thé réconfortant en cet avant-midi frisquet mais tout me faisait envie. On y vend aussi des glaces, des gâteaux et des guimauves faites maison.

622 Conti Street, Vieux Carré Français







Café Amélie : Parce que j’avais envie d’un repas plus chic et de découvrir une belle adresse de la ville, j’ai soupé un soir au Café Amélie. À l’arrivée, on remarque sa magnifique terrasse où il doit être très agréable d’étirer l’heure du lunch lors des beaux jours. Ce fut un excellent choix. On y trouve quelques plats traditionnels mais on y mange surtout une cuisine européenne. La soupe de lentilles était délicieuse et les pâtes du jour étaient exactement ce dont j’avais envie ce soir-là! Juste à côté, vous trouverez la Petite Amélie, petite sœur du restaurant au menu plus abordable. Environ $40

912 Royal Street, Vieux Carré Français





Royal Praline Company : Boutique où sont vendues les fameuses pralines, ces bonbons représentatifs de la Nouvelle-Orléans faits de crème, de sucre et de pacanes. Vous en trouverez partout dans cette ville mais mes pas m’ont portée jusqu’ici pour y goûter. C’est le cadeau idéal à ramener à la maison!


300 Royal Street, Vieux Carré Français





Café Maspero : C’est en revenant des bayous, alors que j’étais légèrement frigorifiée, que je suis entrée dans le premier restaurant rencontré et ce fut le Café Maspero. Le restaurant propose des classiques de la cuisine créole et cajun à petits prix. C’est un endroit animé et couru dans un décor rappelant les anciennes grandes brasseries parisiennes. La soupe à l’oignon gratinée que j’ai choisie pour me réchauffer était épatante. Mention spéciale à la très sympathique serveuse qui m’a gentiment recommandé de me contenter de la petite portion de jambalaya et m’a ainsi fait épargner quelques dollars! Environ $15

601 Decatur Street, Vieux Carré Français





Magazine Po’boy Shop : Après un avant-midi à sillonner Garden District, alors que je finissais ma tournée du chic quartier par la rue Magazine, je suis tombée sur cet endroit parfait pour un lunch abordable et sans chichi que l’on commande directement au comptoir. Ici, vous êtes véritablement dans l’antre du po’boy décliné sous toutes ses formes. Ma salade d’huîtres frites n’était pas piquée des vers non plus! Environ $12


2368 Magazine Street, Garden District





Morning Call Coffee Stand : Une belle terrasse au cœur du City Park, une institution vieille de près de 150 ans, les fameux beignets au sucre offerts 24 heures sur 24 et sans file d’attente, il ne m’en fallait pas plus pour que je m’y attable par une magnifique journée de janvier! Tous les grands classiques de la cuisine louisianaise y sont également proposés. Attention, on n’y accepte que l’argent comptant. Environ $10


56 Dreyfous Drive, City Park





Buffa’s : Établi depuis 1939 sur la belle avenue Esplanade, ce sympathique resto-bar présente un menu caractéristique de la cuisine américaine composé d’une longue liste de burgers gourmands. J’y suis entrée alors que l’équipe locale de football jouait un match crucial de séries diffusé sur les écrans du restaurant. Résultat : une ambiance survoltée et conviviale! L’endroit reçoit aussi presque quotidiennement des groupes musicaux. J’y ai testé l’alligator à l’étouffée sur les conseils du chef qui qualifiait sa plus récente création de carrément géniale et il avait bien raison! Environ $15

1001 Esplanade Avenue, À la limite du Vieux Carré Français et du Quartier Marigny



Marigny Brasserie : J’y ai passé ma toute dernière soirée à NOLA et en suis repartie bien peinée de devoir quitter. Un de mes coups de cœur dans cette ville sur la festive Frenchmen Street! Un décor élégant, une cuisine d’inspiration européenne à laquelle se marie à merveille les saveurs sud-américaines, des cafés Baileys pour terminer la soirée accoudée au bar accompagnée d’un talentueux groupe de jazz et vous comprendrez mon bonheur éphémère! Et puisque j’allais repartir sans avoir encore dégusté l’écrevisse emblématique, j’ai plongé tête première dans les plats mettant ce petit crustacé en vedette! Environ $35

640 Frenchmen Street, Quartier Marigny






Pour plus d'articles sur la Nouvelle-Orléans, c'est par ici:

Sensations à Nola

Ma Nouvelle-Orléans
Dans les bayous

Le jour où je me suis prise pour Scarlett O'Hara