dimanche 13 mai 2018

AIX-EN-PROVENCE : SUR LES TRACES DE CÉZANNE




Pour tous, à Aix-en-Provence, le peintre Paul Cézanne c’est l’enfant du pays. Précurseur du mouvement impressionniste, idole de Picasso, admiré de Renoir et Monet, il a peint sans relâche la région qui l’a vu naître jusqu’à ce qu’il s’éteigne au début du XXe siècle sans avoir atteint la renommée qu’on lui connaît. Pendant mon séjour dans cette ville, je me suis lancée sur les traces (touristiques, bien sûr!) de ce créateur, des églises ayant traversé son histoire à la montagne Sainte-Victoire (qui fut sa grande inspiration), en passant par son atelier personnel où subsiste encore les traces de son passage. Suivez-moi pour une visite guidée au cœur du génie artistique.


Panorama sur la montagne Sainte-Victoire

Les débuts à Aix

Né en 1839 à Aix-en-Provence (28 rue de l’Opéra), il grandit dans une famille peu fortunée, travaillant dans la fabrication de chapeaux sur le cours Mirabeau (55, Cours Mirabeau). On peut facilement marcher sur les pas de Cézanne dans la ville en suivant le circuit balisé par des « C » estampillés au sol qui nous amène aux endroits qui ont marqué sa vie et son œuvre et qui ont, du même coup, contribué à son esprit créatif.


Lieu de naissance de Cézanne

Ancienne façade de la chapellerie familiale devenue, ironiquement depuis, une banque!


« Quand on est né là-bas, c’est foutu, rien ne vous dit plus. »        
- Paul Cézanne


Le cours Mirabeau à Aix, c’est l’artère animée de la ville et l’on s’imagine facilement l’homme y déambuler en quête d’inspiration. Les façades des anciens hôtels particuliers qui la bordent sont souvent des œuvres d’art en elles-mêmes.

Façade d'un ancien hôtel particulier du Cours Mirabeau



En 1852, il devient élève au collège Bourbon (aujourd’hui le collège Mignet, 41 rue Cardinale) où il se lie d’amitié avec l’autre fils de la ville, l’écrivain Émile Zola (dont je suis complètement fan! Bon, je sais, c’est un renseignement inutile mais que voulez-vous, j’aime l’écrivain profondément!) et avec qui il parcourra la campagne aixoise qui allait enflammer son œuvre. D’ailleurs, la plupart de ses natures mortes célèbres mettant des pommes à l’honneur furent en grande partie influencées par cette amitié. En effet, Cézanne, grand et costaud, avait pris la défense de Zola sur la cours d’école, lequel le remercia en lui offrant un panier de pommes, fruits qu’il fit passer à la postérité en mémoire de leur alliance.

Collège Mignet

L'un de ses modèles personnels qu'il affectionnait tant à l'Atelier Cézanne

En 1861, Cézanne monte à Paris pour étudier le dessin à l’École des beaux-arts qui le refuse, travaille comme copiste au Louvre puis revient s’installer à Aix. À ce moment, son père s’est recyclé depuis dans les affaires bancaires et il commence donc à travailler à la banque paternelle qui devint une entreprise rentable et où le père fit fortune. Heureusement d’ailleurs, puisque Cézanne ne réussit jamais de son vivant à connaître le succès mais pu vivre très convenablement grâce à l’héritage familial.

Pendant ses premières années d’artiste, ses tableaux m’ont toujours semblé plus sombres, donnant l’impression que son apprentissage se forge alors d’un côté dramatique. Aix, aux premiers abords (et selon mes sentiments bien personnels) est plutôt froide, rigide. Il faut découvrir son âme et sa campagne pour mieux la saisir et l’apprécier, ce qu’a peut-être fait le peintre lui-même, qui sait.

Chemin de la campagne d'Aix à l'époque qu'empruntait souvent Cézanne

Aix est bien pourvue en fontaines diverses. Celle-ci est à l'honneur de Cézanne


La carrière

En 1886, Cézanne épouse Hortense Fiquet, après 16 ans de vie commune, à l’hôtel de ville d’Aix-en-Provence. Hortense lui a, entretemps, donné un fils aussi prénommé Paul. À cette époque, le peintre fait la navette entre la bastide du Jas de Bouffan, maison de campagne familiale dans la banlieue actuelle d’Aix, où résident alors sa mère et sa sœur et sa ville chérie où il a installé sa femme et son fils. Déjà (toujours selon mon appréciation bien personnelle!), son œuvre devient plus colorée et ses paysages provençaux semblent plus achevés.

Église Saint-Jean-Baptiste du Faubourg où lieu le mariage religieux de Cézanne et Hortense

Dans les rues d'Aix-en-Provence


Lorsque sa mère tombe malade, il la ramène au cours Mirabeau (30 cours Mirabeau) et la visite alors tous les soirs. Ses journées sont consacrées à la peinture (il n’a jamais voulu dire d’ailleurs qu’il peignait. Pour lui, il s’agissait d’étude et de travail qu’il prenait très au sérieux) et, parfois, il aime bien passer quelques heures en compagnie d’amis au Café des Deux Garçons (53 bis, cours Mirabeau).


Le Cours Mirabeau

Le café Les Deux Garçons

Aux contacts de futurs peintres du mouvement impressionniste comme Pissarro, Renoir ou Manet, les beautés de la Provence se dévoilent complètement sur sa toile. Ses natures mortes deviennent dès lors des modèles pour les artistes de son époque dont il est le chef de file. Cézanne peignait très lentement, c’est pourquoi il affectionnait les pommes, oignons, gingembre, parce que ces fruits prenaient plus de temps à pourrir.

« Je suis le primitif d’un nouvel art. »  - Paul Cézanne


 
23 rue Boulegon: dernière maison de Cézanne et lieu de son décès en 1906

En 1902, il achète un atelier sur une petite colline d’Aix alors dénuée d’arbres et donc baigné de lumière où il monte tous les jours pour y travailler. Il l’aménage de façon à ce qu’il soit parfaitement adapté à son art. Par exemple, il crée une couleur grise pour les murs permettant d’absorber la lumière. De grandes fenêtres sont installées du côté nord parce que la lumière nordique ne change pas au cours de la journée et ne peut donc pas modifier son regard sur ses peintures. Sauvé de promoteurs immobiliers par un… américain (!!!), son âme artistique y réside encore aujourd’hui et il est possible de le visiter (15 minutes à pied du centre).

Atelier Cézanne

Le calme de l’endroit m’a paru vraiment propice à l’inspiration. Avec la vue qu’il devait avoir alors sur la ville, je peux mieux comprendre ce choix comme refuge artistique. Petit conseil cependant, arrivez tôt puisque le nombre de visiteurs à l’intérieur est restreint et vous pourriez attendre un bout de temps avant d’y entrer.

Atelier Cézanne


Fervent croyant catholique, les églises de la ville ont aussi jalonné son art. Leur architecture, leurs lignes, leur imposante collection d’arts religieux ont certainement contribué à lui faire apprécier l’art du beau.

Cathédrale Saint-Sauveur où eurent lieux les obsèques de Cézanne

Cathédrale Saint-Sauveur

Église Saint-Jean-de-Malte

Sa muse : la montagne Sainte-Victoire

L’art de Cézanne était profondément ancré dans son environnement. Sa plus grande et plus belle muse résidait à l’orée de sa ville : la montagne Sainte-Victoire qui surplombe le paysage urbain. Il l’a peinte à maintes reprises (plus de 80 fois) et à la fin de sa vie, cet amour lié à son évolution artistique se ressent bien, il magnifie tout simplement les beautés de la montagne. Il se rend d’abord au Terrain des peintres (à 15 minutes de son atelier) pour l’admirer de loin. Déjà, on l’aperçoit toute belle.

« Regardez cette Sainte-Victoire. Quel élan, quelle soif impérieuse de soleil et quelle mélancolie, le soir, quand toute cette pesanteur retombe. »  
- Paul Cézanne


Vue sur la Sainte-Victoire à partir du terrain des peintres

Terrain des peintres


Il pousse aussi parfois la randonnée jusqu’à la montagne elle-même et il faut vraiment s’y rendre pour constater sa noblesse et toute sa magnificence. Ce fut mon coup de cœur du pays d’Aix. Une randonnée pas toujours facile, qui grimpe beaucoup mais offrant des paysages fabuleux. J’ai immédiatement compris l’amour de Cézanne pour ce sommet où même les hirondelles viennent nous saluer (et parfois de très près).

« Elle participe toute bleutée à la respiration ambiante de l’air. » 
- Paul Cézanne 

 
Massif de la montagne Sainte-Victoire

Randonnée vers la montagne Sainte-Victoire

Montagne Sainte-Victoire



Pour s’y rendre en bus : Ligne 140 (pour les sentiers du versant Nord). Départ à la gare routière d’Aix (demandez le quai 21 qui se trouve un peu à l’écart de la gare), direction Vauvenargues. Arrêt à J4 Barrage de Bimont. À l’arrêt, marchez 15 minutes environ pour vous rendre au stationnement du barrage, un peu plus haut, où se trouve le départ des sentiers. Calculez environ 4 à 5 heures de randonnée. Tarif : 2,40 euros aller-retour. Il est possible aussi de rejoindre le versant Sud par la ligne 110 (sentiers plus difficiles). Pour toutes les informations, cliquez ici.




Où le voir à Aix

Le Musée Granet (et son pendant le Granet XXe) situé à côté de l’église Saint-Jean-de-Malte regroupe près de 12000 œuvres dont dix huiles sur toile de Cézanne qu’il a lui-même arpenté de son vivant, notamment un tableau-essai de « Les grandes baigneuses » qu’il reproduira plus tard dans une version beaucoup plus imposante.

Musée Granet

Les grandes baigneuses: collection du Musée Granet


Le Musée Granet c’est aussi l’un des plus importants musées de France présentant de grands noms du 3e art (peinture) et du 2e art (sculpture) tels que Picasso, Giacometti, Rembrandt ou Ingres grâce aux dons de collectionneurs comme Philippe Meyer ou Jean Planque. J’y ai découvert des talents que je ne connaissais pas comme Granet lui-même ou l’art brut et coloré du contemporain Jean Dubuffet et aussi Paul Duqueylard et ses tableaux plus grands que nature qui m’ont fait grande impression.

Collection du Musée Granet

Collection du Musée Granet

Enfin, le Musée Granet c’est une très intéressante collection archéologique datant de la Gaule celtique et provenant du site d’Entremont situé au nord d’Aix-en-Provence offrant la chance de voir de plus près et de mieux comprendre la vie des hommes de l’époque à travers différentes facettes de leur quotidien.

Collection du Musée Granet


Que vous vous y connaissiez en histoire de l’art ou non, que vous soyez novice ou plus expérimenté dans le domaine artistique, il vous faut partir sur les traces de Cézanne lors d’un passage à Aix-en-Provence. Ne serait-ce que pour mieux saisir l’histoire, la mémoire et la beauté de la région. On y apprend beaucoup, non seulement sur l’artiste mais aussi sur l’importance de l’environnement provençal dans l’âme et le cœur de ses habitants. En suivant ce parcours, j’ai pu capter l’essence de la ville et ainsi apprendre à l’aimer beaucoup plus.



Je remercie l’Office du tourisme d’Aix-en-Provence et du pays d’Aix pour m’avoir reçue gracieusement à l’Atelier Cézanne et pour leur aide précieuse lors de l’élaboration du circuit. 

Les couleurs d'Aix-en-Provence ont un petit quelque chose d'impressionniste, ne trouvez-vous pas ?

Envie de découvrir Avignon, Bruxelles ou Malaga ??? Suivez les liens ci-dessous:

- Avignon

- Bruxelles

- Malaga



10 commentaires:

  1. C'est magnifique Aix! Et dire que je n'y suis jamais allée!!

    RépondreEffacer
  2. Marie-Claude Chagnon14 mai 2018 à 03 h 52

    Vous me rappelez de bien beaux souvenirs ce matin... Il y a quelques années, nous étions installés au Tholonet pendant une semaine, en banlieu de Aix, avec vue sur le mont Victoire... Bel article, qui donne le goût d'y retourner ��

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Merci à vous! Ça me fait très plaisir de vous rappeler certains souvenirs et de vous donner envie de revoir la ville à nouveau! :)

      Effacer
  3. Bon et bien tu as réussit à me donner envie d'aller visiter Aix et grimper la ste victoire. comme on dit, c'est le cordonnier le plus mal chaussé. Merci

    RépondreEffacer
  4. Elle est intéressante la première citation de Cézanne, car de mon point de vue, ayant grandi dans le centre de la France, je trouve l'environnement dans lequel il a grandi coloré et stimulant. En découvrant tes photos, je me suis dit que ce n'est pas étonnant de vouloir devenir peintre avec une telle palette de couleur !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Bien d'accord avec toi! Les paysages de la Provence sont très inspirants!

      Effacer
  5. C'est bon d'avoir le regard d'une québécoise sur mon chez moi :) J'aime beaucoup cet article qui me rendrait presque nostalgique ;)

    Tu sais que je ne suis jamais allée visiter l'atelier de Cézanne ? La honte !

    Sinon, tu es peut-être passée devant, mais le Centre d'Art Caumont, situé rue Cabassol, à deux pas du Cours Mirabeau, diffuse un petit film sur la vie de Cézanne. Il résume complètement tout ce que tu as dit dans l'article et montre de sublimes images de la Sainte-Victoire :) Je l'aime d'amour cette montagne !!!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Comme je te comprends mieux maintenant! J'ai eu un vrai coup de foudre pour cette montagne. Et non, je ne connaissais pas le centre Caumont. Quel dommage, j'aurais bien aimé voir ce petit film.

      Effacer