mardi 7 août 2018

Safari en Camargue





Je rêvais depuis longtemps de faire un safari. Et je rêvais aussi de voir la Camargue. Mais lorsqu’on voyage sans voiture comme je l’ai fait ces derniers mois en France, aller voir la Camargue de plus près peut devenir plus ardu. Heureusement, grâce à Camargue Alpilles Safaris et l’Office de tourisme d’Arles, j’ai pu réaliser, avec bonheur, une escapade dans la région que je vous raconte ici.




Si vous me suivez depuis quelques temps, vous le savez déjà, j’adore aller à la rencontre de la faune ailée des réserves naturelles. C’est donc avec une joie non dissimulée (auprès de mes plus proches amis et de mon petit frère à qui j’ai rabattu les oreilles, ou plutôt la boîte de messages, avec ma hâte d’y être!) que j’attendais cette rencontre avec les célèbres flamants roses camarguais. Rendez-vous fut pris en juin dernier derrière le bureau de l’office de tourisme d’Arles avec Sandrine, guide pour Camargue Alpilles Safaris, pour une aventure sauvage de quatre heures.


La Camargue est une région naturelle française, une zone humide de 150 000 hectares classée comme réserve de biosphère et parc régional naturel.

- Source : Wikipédia

Vous les apercevez au loin??? Nous y serons quelques heures plus tard...

C’est à bord d’une vraie jeep de safari que j’ai embarqué en compagnie de cinq autres touristes désireux, tout comme moi, de découvrir la faune de la région et ses paysages. Parce que la Camargue, ce n’est pas seulement des flamants roses. C’est aussi des élevages de chevaux sauvages, une culture tauromachique ancestrale, une multitude d’oiseaux de toutes espèces, un monde agricole unique, de petits domaines invitants (aussi appelés «mas») et, ne l’oublions pas, de magnifiques paysages.







Les animaux de la Camargue

Dès que l’on traverse le pont de Trinquetaille à Arles et que l’on entre dans le quartier du même nom, on est officiellement en Camargue. Il ne suffira que de quelques minutes de route pour apercevoir nos premiers chevaux blancs. Il faut savoir que les vrais chevaux de Camargue sont blancs et plus petits que la moyenne. Mais ne dites surtout pas à leurs éleveurs qu’ils possèdent des poneys, c’est que ces troupeaux font la fierté de la région et on les dresse pour être montés et rassembler les manades (troupeaux de taureaux).


On dit que les chevaux et les taureaux de Camargue sont sauvages mais seulement parce qu’ils sont élevés en liberté sur le territoire. En réalité, chaque troupeau appartient bien à un éleveur et chaque animal est marqué du sceau de son propriétaire à sa naissance.

Vous avez remarqué la marque de l'éleveur?




La culture tauromachique est fort présente en Camargue. Ce qui semble une évidence lorsqu’on sait que la région possède sa propre race de spécimen : le taureau Camargue. Élevés en semi-liberté, les taureaux Camargue n’ont jamais pu être domestiqués et servent toujours pour la course et les jeux mais aussi pour leur viande bénéficiant d’une appellation d’origine contrôlée. Grâce à Camargue Alpilles Safaris, j’ai pu les approcher (mais en gardant toujours mes distances, cela va de soi!) et observer certaines manades dans leurs pâturages et je peux affirmer que ça reste bien impressionnant. La culture est tellement ancrée dans la population qu’on y érige même des statues en hommage aux plus dignes représentants de la race!




Garlan, digne représentant, aujourd'hui retraité dans un champs de la Camargue

Il existe bien d’autres races animales en Camargue que vous rencontrerez peut-être en safari notamment la tortue cistude, le lézard ocellé ou le ragondin. Pour ma part, j’ai eu la chance unique d’apercevoir un bébé sanglier (c’est Obélix qui aurait été content!) mais disons que nous ne nous sommes pas éternisés non plus. Qui dit bébé, dit habituellement maman à proximité alors nous l’avons simplement observé à partir de la jeep! Mais ça demeure tout de même un moment fort de cette escapade.


Petite rencontre forte en émotions (pour moi... et pour lui)!


Les villes, villages et habitations de la Camargue

En matière urbaine, la Camargue c’est d’abord Arles mais aussi Aigues Mortes (6000 habitants), le village de pêcheur Le Grau du Roi (8000 habitants), la station balnéaire La Grande Motte (8000 habitants), Salins de Giraud (2000 habitants) et Saintes-Maries-de-la-Mer (2500 habitants), entre autres.


La croix camarguaise qui s'affiche fièrement dans les villes et villages

C’est à Saintes-Maries-de-la-Mer que notre équipage a pu faire une halte au cours de ce circuit et nous y sommes atterris en plein championnat de France du barbecue (ça ne s’invente pas)! Vous imaginez comment j’ai pu saliver aux effluves de viandes et légumes grillés qui provenaient du centre??!! Le village est un lieu de pèlerinage célèbre puisque la légende veut que Marie-Madeleine (oui, oui, LA Marie-Madeleine du Nouveau-Testament!) accompagnée de Marie-Jacobé et Marie-Salomé auraient dérivé de la Palestine jusqu’ici en barque pour fuir les persécutions religieuses. Il était donc impératif de profiter de ce petit temps libre pour me rendre jusqu’à l’église Notre-Dame-de-la-Mer construite comme une forteresse et qui abriterait les reliques de ces saintes copines. C’est aussi dans ce village que j’ai senti le plus fortement le culte du cowboy de Camargue avec ses arènes, son culte du taureau qui se déploie près de la plage et ses chapeaux vendus aux coins de toutes les rues et en regardant les camarguais partir en excursions équestres.


L'église Notre-Dame-de-la-Mer


Les plages méditerranéennes sont aussi présentes en Camargue
Championnat de barbecue à Saintes-Maries-de-la-Mer!

Cette culture ancestrale, on la remarque aussi au détour des petites routes perdues du territoire. Deux autres arrêts se sont ainsi imposés au cours de cette excursion. Après avoir traversé quelques tout petits bourgs d’où s’élève à peine un clocher d’église, une drôle d’habitation apparaît au bord de la route. Sandrine stoppe le véhicule pour nous expliquer la vie des «gardians», ces hommes engagés comme ouvriers agricoles, montant fièrement un bel étalon blanc pour rassembler les manades, portant habituellement les sabots et le chapeau et vivant dans ces espèces de cabanes de roseaux. L’image est tellement romantique que j’ai immédiatement envie de devenir gardiane à mon tour (le terme féminin existe réellement)! Qui plus est, j’apprends que ce métier se pratique toujours mais, ce qui est encore plus tentant, c’est que le côté rudimentaire de cette vie quotidienne d’un siècle passé a su intégrer la modernité du XXIe siècle à la profession. Je largue tout et je m’engage???


La cabane rustique du gardian



Enfin, juste avant de rejoindre Saintes-Maries-de-la-Mer, on nous fait entrer sur les terres d’un «mas», ces petites exploitations agricoles où l’on pratique l’élevage de chevaux et de taureaux. En témoigne d’ailleurs la construction d’une petite arène dans la cour du domaine. De nos jours, plusieurs de ces domaines ont été reconvertis en lieux de villégiature pour les touristes de passage et on en croise plusieurs sur la route (vous me voyez venir pour une prochaine fois??!! Parce que oui, j’espère qu’il y aura une prochaine fois pour approfondir mes connaissances de cette région et retourner faire encore plus de photos d’encore plus d’espèces).






Les milieux naturels et agricoles de la Camargue

Il n’y a pas que des animaux ou des villages à voir en Camargue. Les paysages y sont magnifiques. En parcourant les petites routes de la région, notre guide nous montre et nous explique tout, tout, tout sur ses milieux naturels et les différentes cultures qu’on y exploite.




Dominant le secteur agricole de la Camargue, le riz est devenu la plus importante production céréalière de la région. Après l’Italie, c’est ici que sa culture est la plus répandue en Europe. Cette culture inondable lors de la récolte permet le dessalement des terres qui rend l’exploitation d’autres céréales possible. On y cultive le riz blanc, le rouge et le noir. Lors de mon passage en juin, le vert des rizières qui contrastait avec le bleu du ciel rendait le décor sublime!


Conseil pour éviter l’attrape-touriste : il n’est vraiment pas recommandé d’acheter les trois sortes de riz vendus ensemble, dans un même paquet. Leur cuisson étant fort différente, vous vous retrouveriez avec certains grains trop cuits alors que d’autres ne le seront pas assez!

Rizière en Camargue

Le territoire rural de la Camargue accueille également, entre autres, des plantations de blé, de vignes, de maïs ou de tournesol. Mais qui dit Camargue, dit aussi climat très sec. En 2017 par exemple, certains champs n’ont pas vu, pendant des mois, l’ombre d’une seule goutte de pluie! Mais les habitants sont ingénieux et ont mis au point un excellent système d’irrigation développé dès le XVIe siècle mais vraiment au point depuis le XIXe qui permet le pompage des eaux du Rhône distribuées dans les multiples kilomètres de canaux et géré le plus souvent de façon collective.





La Camargue c’est aussi un immense milieu aquatique quasi-légendaire où nous mena notre guide : l’étang de Vaccarès. Long de 12 kilomètres, il n’a pas plus de 2 mètres de profondeur et il constitue la plus vaste aire naturelle et préservée de ce territoire. Mais avant tout, il représente l’endroit que j’attendais impatiemment d’admirer pour observer tous les migrateurs qu’on y retrouve (ai-je besoin d’ajouter que c’est ici qu’il faut garder les yeux grand ouverts?)!





Les oiseaux de la Camargue

En roulant sur le chemin qui longe l’étang, notre guide Sandrine, avec son œil de lynx, repère facilement de superbes spécimens à plumes ce qui fait vibrer la fibre «ornithologue amateur» en chacun des occupants de la jeep. Et si vous croyez que la vôtre est enfouie bien profondément, soyez assurés qu’elle fera surface rapidement! L’engouement est palpable. Elle arrête régulièrement le véhicule pour nous laisser tout le temps nécessaire d’observer les oiseaux qu’elle nous présente à tour de rôle et de les photographier.


Aigrette

Ici, un héron bien fier qui n’a pas encore eu le temps de se camoufler. Là, une échasse blanche trop mignonne cherchant son prochain repas. Plus loin encore, un huîtrier pie en voie d’extinction rarement observable sous ces latitudes. Je me sens alors bien choyée de les approcher de si près.


Un héron qui prend la pose

L'échasse blanche cherchant son prochain lunch!

Un huîtrier pie qui nous attendait sur le bord du chemin

Et puis, on les aperçoit au loin. Perchés sur leurs longues pattes, ils sont les plus célèbres occupants de l’étang. Et oui, vous l’aurez deviné, il s’agit des fameux flamants roses. Toutefois, il faut savoir que juin n’est pas la meilleure période pour les reluquer. La chaleur et le souffle fort du mistral ce jour-là les gardent plus au large. Mais à travers ma lentille, je réussis tout de même à en mitrailler quelques-uns. Et lorsque j’en vois certains prendre leur envol, je ne peux qu’être éblouie par le spectacle.








Oui, vous le devinez sans doute, j’ai adoré ce moment en Camargue pour le côté sublime de son environnement, sa diversité, ses charmants villages et, bien sûr, pour toute cette faune facilement observable. Ne pas l’avoir vue m’aurait beaucoup peinée. Cette proposition de Camargue Alpilles Safaris a donc été reçue comme un grand moment d’excitation et il a vraiment comblé toutes mes attentes. Grâce à leur excellente guide, je n’ai pas seulement vu la Camargue, je l’ai aussi découverte d’une manière tout à fait intéressante.


Un merci spécial à Sandrine, notre guide!

J’ai beaucoup appris en étant trimballée dans cette jeep même si j’avais beaucoup lu au préalable sur la région. C’est sans doute l’une des meilleures façons d’en faire son apprentissage lorsque, comme moi, on voyage en France sans voiture. Un énooorme merci à l’Office de tourisme d’Arles et à Camargue Alpilles Safaris d’avoir permis cette excursion. Mais surtout, cette expérience aurait été bien différente si ce n’avait été de notre guide Sandrine qui connaissait si bien la Camargue et nous l’a présentée de si agréable façon!

Pour tout savoir sur les circuits, forfaits et tarifs proposés par la compagnie, c’est par ici : www.camargue.com.

J’ai été invitée gracieusement à participer à ce safari par l’Office de tourisme d’Arles et par Camargue Alpilles Safaris mais toutes les opinions émises dans cet article reflètent complètement ma pensée (si je n’avais pas aimé, je ne vous en aurais pas parlé).





Puisque la Camargue se combine à merveille avec un séjour à Arles, lisez (ou relisez) tous mes bons plans à Arles par ici!






12 commentaires:

  1. La Camargue est une très belle région et tu as eu une bien bonne idée d'y faire un safari, c'est original et en même temps vu le contexte ça parait idéal.
    Tes photos sont superbes, ça me rappelle de très jolis souvenirs.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Une belle façon de faire ses premiers pas en Camargue et qui m'a donné envie de mieux connaître la région dans le futur!

      Effacer
  2. La chance, tu as vu un petit marcassin! En effet, ca c'est du taureau de competition!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. En effet, impressionnants ces taureaux! Et il était trop mignon ce petit! Je savais même pas qu'il y en avait en Camargue, imagine donc ma surprise!

      Effacer
  3. J'habite non loin de là, et j'adore vraiment cette partie de la France, et notamment Aigues Mortes. Ses salins sont à faire absolument, avec vue imprenable sur la cité.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Je compte bien y retourner pour mieux découvrir la Camargue et je passerai assurément par Aigues-Mortes cette fois-là!

      Effacer
  4. Trop chou le petit marcassin ! Ton article est ultra complet sur la Camargue, bravo c'est super intéressant 😊 L'idée du safari est top !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Merci beaucoup! C'est vrai qu'il est mignon comme tout! Et pour le safari, c'est vraiment une façon intéressante de découvrir la Camargue. J'y ai beaucoup appris.

      Effacer
  5. Que de belles photos dans cet article !! Tu as croisé une sacré quantité d'espèces, qu'elles soient à poils ou à plumes !! Je suis fascinée par les flamants roses, je pouvais en voir à la réserve naturelle de Sauvage près de chez moi jusqu'à ce qu'elle ne ferme définitivement ses portes (quelle déception), et je rêve d'aller en Camargue pour les voir ! Les chevaux sont également magnifiques ! Le championnat de barbecue, c'est trop drôle ça !! Merci pour ce joli reportage :D :D !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Merci à toi pour ce gentil commentaire! Je te souhaite bien d'aller en Camargue, tu vas adorer!

      Effacer
  6. Je comprends ton amour et ton intérêt pour les oiseaux sauvages. La Camargue est un lieu que j'adorerais découvrir. Je garde ton article sous le coude :)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Je ne suis pas ornithologue, je m'y connais bien mal mais j'aime en faire l'observation et la photographie. Et comme c'est toujours un beau défi à relever, je suis doublement contente quand je réussis une bonne photo d'un spécimen!

      Effacer