dimanche 7 juillet 2019

L’Aude ou la découverte du Pays Cathare, entre Carcassonne et Saint-Hilaire




Aude Pays Cathare
Carcassonne et Saint-Hilaire

Entre vieilles pierres et surprises campagnardes
(ou la vie joyeuse des moines)


Lorsqu’on va dans le département de l’Aude, facilement accessible pour nous québécois, c’est avant tout pour visiter sa ville emblématique, Carcassonne et je n’ai pas fait exception. Réputée pour ses châteaux ayant servi de refuges à plusieurs cathares jugés hérétiques par l’Église catholique au Moyen-Âge, la région est riche en monuments historiques et en légendes anciennes. En plus de visiter l’illustre cité, j’ai eu la chance, l’an dernier, de m’évader à quelques bornes de son chef-lieu. Si vous songez à un séjour là-bas, quelques pistes pour vous dans cet article.

Située à moins de cent kilomètres de Toulouse, laquelle est accessible par vol direct depuis Montréal avec Air Transat, on peut facilement se rendre à Carcassonne en train, en bus ou en voiture.





Carcassonne, la cité médiévale

Je confesse avoir un faible pour l'époque médiévale et les villes qui protègent cet héritage (je crois que vous avez pu le remarquer tout au long de mon parcours en France). Pas pour sa rigidité religieuse mais pour ses histoires de chevaliers, son aura de mystères et son architecture, sévère certes, mais toujours impressionnante. Carcassonne et sa cité fortifiée n'a pas échappé à la règle. Avouons-le immédiatement, lorsqu’on vient à Carcassonne, c’est avant tout pour cette cité médiévale que l’on aperçoit au loin, fièrement installée sur son promontoire. Avec raison d’ailleurs puisque malgré son tourisme de masse, elle est superbement conservée. Avec ses remparts, ses grandes tours et ses ponts-levis, on est complètement plongé 1000 ans en arrière.

Oui, la cité est très (très) fréquentée! Le meilleur conseil est d’arriver dès l’ouverture du château (10h en été, 9h30 le reste de l’année) pour mieux profiter de la visite puisqu’à partir de midi, la foule devient plus compacte et la visite un peu moins agréable. Sachez-le pour ne pas avoir à jouer du coude sur les remparts!





Évidemment, votre visite doit passer par le Château Comtal, pièce maîtresse des lieux. Des visites guidées sont offertes et fréquentes. Du château, vous pourrez aussi accéder aux remparts pour admirer la région qui s’étend au loin. Mais vous seriez fous de rater la basilique Saint Nazaire et ses vitraux que j’ai trouvés magnifiques. La balade dans les rues de la cité est aussi une expérience en soi. Si vous me lisez du Québec, vous connaissez probablement les fêtes de la Nouvelle-France qui ont lieu chaque été dans le Vieux-Québec. Et bien, la vie dans la cité, c’est exactement ça toute l’année! Gens en costumes d’époque, boutiques pour touristes, terrasses au soleil (aux prix plutôt élevés, toutefois), je n’ai pourtant pas voulu bouder mon plaisir et j’ai embarqué allègrement dans cette ambiance surprenante et cocasse à la fois et, ma foi, j’ai bien aimé mes quelques heures sur place!





Vous remarquerez probablement sur certaines photos les lignes ou les cercles jaunes collés aux parois de pierres. C’est que l’été dernier, lors de mon passage, la cité accueillait sur ses murs cette œuvre bien moderne de l’artiste Felice Varini que nos cousins français ont aimé ou détesté mais qui n’a laissé personne indifférent!


Carcassonne, la ville

Mais Carcassonne, ce n’est pas qu’un seul site. Lorsqu’on franchit ses fortifications pour entrer de plein pied dans l’agglomération urbaine, on y découvre ses vies de quartiers sur ses petites places publiques, des monuments fort intéressants et de belles balades dans ses espaces verts.




Tout le long du fleuve l’Aude, de chaque côté de ce qu’on appelle l’Île (un grand parc fleuri et arboré), des endroits méritent un arrêt. J’ai d’abord traversé le pont Vieux, premier pont en pierre sur l’Aude ayant survécu à toutes ses crues pour m’intéresser à la Manufacture Royale, ancien haut-lieu de prospérité à l’époque où le développement de la ville passait par l’industrie du drap. Pas très loin, il y a aussi l’église Saint-Gimer, inscrite au patrimoine mondiale de l’Unesco, qui a piqué ma curiosité et l’ancien bâtiment des moteurs des fontaines de la Cité dont on peut deviner la fonction par son nom!





Sur l’autre rive, au cœur de ce qu’on appelle la Bastide, j’ai laissé mes pas me porter dans les rues de la ville pour me mener à la cathédrale Saint-Michel (devenue cathédrale sur le tard), toute simple mais ayant subie bien des modifications au cours des siècles et incorporée aux nouvelles fortifications du XIVe. J’ai aussi profité de pauses au Square Gambetta (belle grande place fleurie faisant face au musée des Beaux-Arts) pourvue d’un endroit pour se rafraîchir et à la place Carnot, endroit animé par ses nombreuses terrasses de cafés et son marché public. Le secteur de la gare est aussi sympathique avec le Canal du Midi qui le traverse. J’ai d’ailleurs une adresse à vous y recommander, où je suis débarquée tard à mon arrivée ici et qui fut parfaite dans les circonstances (voir à la fin de l’article).







Saint-Hilaire, terre de légendes et de… mousseux!

Pour cette dernière journée dans l’Aude, je n’ai eu aucun contrôle sur mon programme. C’est que Mathylde du blogue Mordue de voyages m’avait donné rendez-vous à quelques pas de chez-elle en me proposant de m’amener visiter la commune médiévale de Saint-Hilaire, à une vingtaine de kilomètres de là. Et comme elle m’avait avertie qu’une petite surprise s’y trouvait, j’ai bien sagement suivi ses consignes et je ne suis pas allée fouiner sur le net pour me préserver de toutes connaissances sur le sujet. Et j’ai été ravie de tout découvrir avec un regard absolument vierge! Le village est une très chouette destination estivale pour s’éloigner de la chaleur urbaine.


Photo: Mathylde de Mordue de Voyages 

Saint-Hilaire, nommé en l’honneur du premier évêque de Carcassonne, est reconnu pour son abbaye bénédictine vieille de 1000 ans aux innombrables particularités. Vous vous souvenez de la légende du martyr Saint-Sernin, traîné par un taureau à Toulouse (vous cliquez sur le lien si votre mémoire est défaillante parce qu’on ne voudrait pas ralentir ceux qui suivent, n’est-ce pas)??!! ;)  Et bien, en premier lieu, c’est ici même que l’on retrouve son sarcophage sculpté des grands moments de sa vie.





Il ne faut surtout pas manquer non plus le logis abbatial du monastère, soit l’appartement privé de l’abbé des lieux, pour son… plafond! Oui, oui, son plafond, remarquable en tout point et peint de multiples images différentes les unes des autres. À lui seul, ce magnifique plafond ouvragé vaut le déplacement, je vous le garantis! Nous étions littéralement époustouflées par ce travail d’autrefois si méticuleux et celui, plus récent, de restauration. Motifs floraux, animaliers ou représentations humaines, vous pourriez même y distinguer quelques scènes osées! Qui a dit que les moines moyenâgeux ne s’amusaient pas??!!






Mais la principale surprise qui m’attendait à Saint-Hilaire me fut rapidement dévoilée après avoir franchi la porte de l’abbaye. C’est ici, pour mon plus grand étonnement, dans les caves du bâtiment au XVIe siècle, qu’un moine aurait réussi la transformation du vin dit tranquille en vin effervescent bien avant Don Perignon. La blanquette de Limoux était née et allait apporter ses lettres de noblesse à toute la région. Si le terme champagne n’était pas exclusif à une autre région de la France, on pourrait dire que c’est ici que fut créé le premier champagne au monde. En fait, on peut donc dire que le village est le berceau du tout premier vin mousseux. Qui ose encore dire que les moines menaient une vie austère??!! Après la visite de l’abbaye, laissez donc vos pas vous porter de l’autre côté du petit pont, à la maison des vignerons Anne de Joyeuse, pour goûter ce petit miracle et faire quelques réserves. Avec un nom pareil, la surprise ne peut qu’être heureuse!






Bonnes adresses où manger à Carcassonne

Restaurant L’Escalier (23 boulevard Omer Sarraut) : Le restaurant dont je vous parlais face à la gare. Un décor et un menu disons éclectiques mais un accueil chaleureux, de bonnes pâtes et des prix raisonnables.

Je n’ai pas testé beaucoup d’adresses gourmandes à Carcassonne mais je vous en livre ici quelques-unes que vous recommande Mathylde qui y habite depuis longtemps déjà et qui m’ont interpellée!

Jardin en Ville (5 rue des Framboisiers) : Un superbe décor, un menu viandes ou poissons et une boutique originale.

Le Bis-Troquet (22 rue Chartran) : Un bar à tartines, ça nous parle!

Auberge des Lices (3 rue Raymond Roger) : Le meilleur cassoulet en ville, un menu végétarien et une localisation au cœur de la Cité.





Où dormir à Carcassonne

Une location Airbnb ici où j’ai résidé, située près de la gare avec une jolie terrasse donnant sur les montagnes et très abordable. Stationnement réservé, calme, pouvant accueillir jusqu’à 4 voyageurs.

En utilisant ce lien Airbnb vous aurez droit à un rabais pour une première réservation (et j’obtiendrai aussi un rabais pour un prochain voyage). Et je vous remercie si vous l’utilisez.

L’Auberge de jeunesse de Carcassonne (8 rue Raymond Roger) : À partir de 18€, petit-déjeuner compris, pour une chambre partagée. Également, chambres privées disponibles. Située directement dans la Cité.

Les deux hébergements suivants m’ont aussi été recommandés par Mathylde (merci Mathylde pour ton aide précieuse et la découverte de Saint-Hilaire)!

Le Jardin du Palais (59 rue d’Alsace) : Chambres d’hôte très classe qui incluent le petit-déjeuner.

Carcassonne Townhouse (4 rue Bellevue) : Chambres d’hôtes stylées et reposantes, excellent emplacement, stationnement gratuit, petits-déjeuners fournis et prêt de vélos.

En utilisant ce lien Booking.com vous aurez droit à un rabais pour votre réservation (et j’obtiendrai aussi le même rabais pour un prochain voyage). Et je vous remercie si vous l’utilisez.



Après Carcassonne et Saint-Hilaire, deux choix s’offrent à vous. Direction Toulouse ou Narbonne ??!!



VOUS AIMEZ? ÉPINGLEZ-MOI!

3 commentaires:

  1. J'adore Carcassonne et sa cité ! J'adore l'Aude tout court comme tu as du le comprendre, mais je ne connais pas du tout Saint Hilaire, je n'y suis jamais allée du coup, merci pour cette nouvelle idée de visites =) je t'en dirais des nouvelles le jour où j'irais =)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Bien heureuse de faire découvrir un endroit à une experte de la région! Et j'espère bien que tu m'en diras des nouvelles! ;)

      Effacer
  2. Oh j'adore l'Aude, j'adore les villes médiévales, merci pour cette belle balade ! :)

    RépondreEffacer